Kyoshi 7e dan Patrick Rault Expert fédéral FFKDA

Après 15 années passées au Japon, il est le représentant officiel du Kyudokan en France nommé par Soke Minoru Higa 10eme dan 

Patrick Rault

Elu le professeur de l’année 2014 par  » World Ryukyu no Kaze society » Fév 2015

Expert fédéral 7eme dan FFKDA depuis 2013

Membre de la Commission Spécialisée des Dans et Grades Equivalents C.S.D.G.E de la fédération Française de Karaté FFK 2017

Titulaire du diplôme d’état 1er degré & DEJEPS

Ambassadeur civil & culturel de la préfecture d’Okinawa depuis 2014

Kyoshi 8e dan Kyudokan Okinawa et fédération Rengokai Okinawa depuis 2016

Membre du jury des grades du département 66

Représentant officiel du Kyudokan d’Okinawa pour la France nommé par Higa Minoru 10e dan

Représentant officiel de la fédération anglaise ( B.I.K.O)  pour la France. 7 e dan B.I.K.O et WKF

Né le : 29 mai 1960

Ou est-il né ? Versailles

Son style : Shorin Ryu Kyudokan

Ses grades et titres d’enseignement :

7 eme dan Expert fédéral ( FFKDA)  & 7 ème dan  BIKO ( British fédération )  2012.

8 eme dan (Fédération d’Okinawa)  Mai 2016 ( non officialisé en France ), Japon .

Diplômé en kobudo par Matayoshi sensei , pratiquant de judo et autres styles lors de stage  Dîplomé  pour l’enseignement du Karaté :

DEJEPS , Coach level 2 de la fédération anglaise , Titulaire du BE 1 ( Karate) et D.I.F

Ses débuts:

Il commence le karaté à 15 ans a Versailles avec Maitre Guy Juille qui était à cette époque Shito ryu . Il se passionne pour cet art en s’entrainant le plus possible par des cours, des stages avec tous les maitres du Style , Nino Satoru , Hayashi teruo , Ogasawara , Nakahashi hideo etc……. Apres avoir participé à de nombreux championnats au niveau départemental en kata surtout en finissant souvent premier  en département et 3 eme au championnats de France , il commence a se poser des questions sur le karate , ses origines etc….. et perd la motivation pour la compétition , les médailles etc…..L’idée de partir au Japon prend place en 1981.

Son rôle : Représentant officiel national du Kyudokan en France depuis 2008 nommé par le grand maître Minoru Higa .

Questions 1:

Quel est votre parcours dans le karaté?

Après avoir étudié en France avec Guy Juille et Chinen Sensei, je suis parti au japon, je suis resté de 1985 à 2000 avec maitre Nakamura et puis , j’ai rencontré Maitre Higa Minoru a qui j’ai expliqué ma situation et dès le premier jour il m’a ouvert sa porte et celle du dojo , aujourd’hui après quelques années de travail avec lui, je suis trés heureux de l’avoir rencontré et j’espère travailler avec lui le plus longtemps possible .

Questions 2:

Que représente pour vous le karaté ?

Je ne voudrais pas répéter ce que beaucoup on déjà dit mais c’est bien sûr la formation de l’individu , apprendre les mécanismes de respect dans toutes sortes de situation , avoir de la gratitude pour tout , les bonnes comme les mauvaises expériences et rester en bonne santé le plus longtemps possible .

Question 3:

Comment définiriez-vous cet art en trois mots ?

Santé par l’entrainement , dépasser les difficultés , se découvrir .

A propos, j’ai écrit :

“ Le karaté est comme la vie , un art des rencontres , et surtout la rencontre avec soi-même.”PR

Ses conseils :

 » Ne soyez pas presser d’apprendre en comprenant avec la tête mais plutôt en découvrant par la pratique . »

 » Si vous voulez developper les vertues du karate, appliquer les dans la vie de tous les jours . »

Question 4:

Quel est l’élément le plus important pour pratiquer correctement ?

Choisir un bon sensei , ça ce n’est pas évident , je crois savoir que l’on disait autrefois au Japon qu’il fallait trois ans pour se décider , apprendre sur la vie du maître par les rumeurs , la réputation et puis se rendre compte par soi-meme car les rumeurs ne sont peut-être que des rumeurs .

Puis il faut s’entrainer très dur , le plus souvent possible au point ou l’on s’oublie soi –meme . ( MUGA MUCHU )

Ne pas se poser de question dés le début mais plutôt répéter les exercices sans se lasser , bien sûr je parle des bases , d’où l’importance de choisir un bon sensei car si l’on se trompe sur les bases alors elles seront pour longtemps vos racines et elles vont s’établir profondement et il sera difficile de les changer par la suite .

Ne pas douter de votre maître même dans la difficulté .

senseirault003

Sensei Rault Patrick et Sensei Higa Minoru

Questions 5:

Avez-vous changé quelque chose par rapport à l’enseignement technique de votre ou vos maitres ?

J’ai eu plusieurs maîtres ou sensei ; avec Guy Juille sensei , j’ai appris le soucis du détail dans les katas au niveau esthétique , le ippon kumite , nihon kumite . sanbon kumite .

J’ai aussi travaillé avec maitre Chinen Kenyu pendant deux ans le Shorin Ryu , j’ai beaucoup travaillé le combat dans son école , les pinan, les notions de timing , l’esprit guerrier et puis sur Le Kobudo et c’est grâce à Maitre Chinen si j’ai  rencontré Maitre Matayoshi ( Kobudo) et vivre dans le dojo pour un an comme Utchi deshi 1985/86 .

Avec Maitre Nakamura Yoshio , avec qui j’ai travaillé quinze ans , j’ai appris tout sur les bases du Shorin ryu  , les katas et sensei aimait partager avec moi ses bunkais .

Actuellement je travaille et ceci depuis l’an 2000 avec Maitre Higa Minoru sensei , je retrouve le goût de l’esthetique du mouvement , kata , il y a aussi beaucoup de makiwara dans cette école et donc une grande recherché d’efficacité sur les coup de poings .

Question 6:

Quel est votre kata préféré?

J’ai beaucoup travaille « Kushanku dai « car mon maître me le faisait travailler et faire lors des démonstrations qui ont lieu a OKINAWA . Actuellement je pratique » Jion » plus que les autres même si lorsque l’on enseigne il faut connaître tous les kata.

Aujourd’hui le Kata « Jion » du Kyudokan est celui que je démontre souvent .

Question 7:  

Que pensez –vous des bunkais , comment aborder vous cela dans l’enseignement ?

Il faut découvrir par soi-meme les bunkais et être guidé par un maître , pour découvrir les bunkai il faut que la base du kata soit correcte et ce n’est pas parceque vous connaissez un bunkai que vous pouvez le faire correctement et encore moins l’appliquer en combat .

Questions 8:

Quelles sont les differences entre Shorin ryu de votre école et les autres écoles de Shorin ryu ?

En vivant a Okinawa et par cinquantaine  de voyage dans cette ile , j’ai eu la chance de voir beaucoup de style de Shorin ryu , de l’esthétique sans réalisme de combat et du brutal sans recherche du détail et je pense que ce que je fais est un peu entre les deux

De plus, j’ai ajouté dans mon style de combat toutes les techniques de projection du judo et le sol , ce qui fait de mon karate traditional un pionier dans cette voie .

Question 9 :

Que vous ont appris vos maitres ?

Mes maitres m’ont tous appris enormement ;

  • Guy juille sensei m’avait dit alors que je n’avais pas encore 20 ans “ le karate n’est pas une arme mais une manière de vivre .
  •  Chinen Kenyu sensei m’avait dit “ le bonheur c’est comme les cils , ils sont proches des yeux mais on ne le voit pas . “
  • Nakamura sensei m’en a tellement dit mais par ex: ” La vitesse n’est pas que physique , tu dois apprendre à lire le coeur des autres et alors tu seras plus rapide “.
  • Higa sensei m’a dit recement “ Tous les gens sont mes maitres , j’apprend de tous .”

Question 10 : Pensez-vous qu’il soit important de pratiquer d’autres disciplines afin d’être complet ?

Oui, il faut ouvrir son coeur aux autres disciplines et apprendre toujours apprendre mais il faut aussi avoir un centre , une discipline que l’on domine . Vous savez le coeur c’est comme un parachute si on ouvre pas on s’ecrase .

Je pratique le karate depuis 1975 mais je fais du kobudo que j’ai ausi commencé avec Maitre Guy Juille puis avec Chinen sensei et j’ai vécu un an chez Maitre Matayoshi ou enseignait a cette époque Maitre Oshiro zenei et puis le judo dans un club local dans la ville de Matsudo et à l’université des arts martiaux de Katsuura ou enseigne toujours le maitre Kashiwasaki , ancien champion du monde Judo et sambo, specialiste du travail au sol . J’ai fait des stages de jujitsu brésilien , j’ai pratiqué la calligraphie japonaise pendant 8 ans avec un vieux maitre qui était instructeur des kamikazes pendant la guerre mais il détestait la guerre et ne parlait que de paix mondiale etc….

Lors des 10 fois ou j’ai participé aux stages des arts martiaux à l’université des arts martiaux à Katsuura Japon , j’ai fait donc, du judo, du Kendo , du Sumo etc..

il a toujours quelquechose à apprendre dans une autre discipline , une facon de saluer , un sentiment , une technique , une attitude , le monde est remplit de sensei et pas seulement dans les dojo , dans chaque maison, il y a un sensei caché.

SENSEIJUDO

Kashiwazaki sensei , world champion , professor at the Budo university in Katsuura, Japan .

senseisumo

Question 11:

On voit maintenent des combatants de tous les styles s’affronter sur des rings , des cages , on voit  des lutteurs qui gagnent contre des frappeurs , pensez-vous que c’est l’évolution du véritable combat ?

Pour comprendre la vie , certains on besoin de la méthode dure , de se prouver et de faire mal aux autres et à soi-même , on peut évoluer sans blesser les autres et soi-même , la on s’éloigne du BUDO , ceci dit je connais des combatants et ce sont souvent des gens charmants car ils savent ce qu’est le combat et ils n’imagiment pas d’eux plus qu’ils ne sont , ce qui arrive souvent chez les pratiquants soi-disant traditionels aux techniques imparables et secrêtes .

Question 12:

Le combat au sol maintenant se pratique partout et beaucoup de karate ka se lancent dans ces techniques , pensez-vous que c’est une erreur ou êtes –vous d’accord avec eux?

Oui, je suis d’accord , je pratique en fin de cours le  »sol  » ou « Newaza »  avec mes élèves, ils adorent ça , c’est convivial , on peut le faire jusqu’à un age avancé et on comprend pleins de choses sur son propre karaté, et en plus c’est une méthode de self défense plus sur car sachant que la plupart des combats de rue se terminent au sol , c’est donc essentiel .

Question 13 :

Que souhaitez-vous voir pour l’avenir du karate dans le monde ?

Que le karate prenne une plus grande reconnaissance dans le monde en tant que sport et qu’il devienne même Olympique car les jeunes doivent exprimer leur energie mais ne pas omettre l’aspect spirituel , éducatif de cet art et que ceux qui ne sont pas sportifs  puissent s’exprimer dans cet art . Il ne faut pas oublier que « BUDO » signifie l’arrêt de la violence et donc la recherche de l’harmonie avec autrui , il y a beaucoup a explorer dans ce sens par la pratique d’un vrai BUDO et a tenter d’appliquer les notions de respect mutuel , d’amour , de compassion du Budo à de nombreux conflits entre les êtres humains …

Question 14 :

Quelles sont pour les grandes différences entre le karate d’Okinawa le Shorin ryu et les karate du Japon , Shotokan , Shito ryu etc….?

Le karate vient d’Okinawa , il fait partie de la culture , les Okinawaiens possèdent tous un parent qui fait du karate , lors des mariages il est courant d’y voir une démonstration .

Pour l’aspect technique , elles sont plus petites moins faite pour convaincre à première vue , il y existe une vraie culture  , le karaté au Japon a été trés militarisé , perdu de sa sagesse , s’est organisé en fédération énorme puis la compétiton et maintenant ce modèle existe même à Okinawa mais les racines sont malgré tout profondes et j’espère que le karaté traditionel d’Okinawa saura résister à la machine de compétiton qui projette vers des sphères élevées mais perd de son coeur , de la passation du savoir d’un maitre à un élève avec la relation sincère et profonde qui en résulte .

Question 15 :

Les étrangers ont démontré qu’ils étaient trés forts en karate mais pensez-vous qu’ils comprennent la culture des arts martiaux D’Okinawa ou Japonais ?

Oui, les non-japonais ont prouvé qu’ils pouvaient gagner toutes sortes de compétiton et ceux qui viennent au Japon pour apprendre sont généralement trés polies et possèdent le desir d’apprendre sur la culture japonaise mais beaucoup ausssi se moquent de la culture ou en possèdent un vernie qui permet de passer partout .

Je crois que c’est une bonne chose d’essayer d’apprendre sur la culture du karaté do et du Japon c’est une ouverture d’esprit et cela permet de comprendre que souvent la technique est même liée à la culture martiale , et puis le karaté ca vient de la-bas , si on n’aime pas alors il ne faut même pas porter de karate gi , saluer en se courbant etc….

Ceci dit , je pense qu’il ne faut pas imposer aux autres ce que l’on a soit même pu ressentir de bien dans une culture , on l’applique et naturellement ceux qui ressentiront suivront , ne pas forcer mais plutot inspirer les autres par notre attitude .

DOJO KUN

Aligato to yu kansha no kokoro Dire merci avec le coeur remplit de gratitude

Sumimasen to yu ensei no kokoro Dire, Excusez moi en pensant ne plus faire la même erreur .

Hai to yu sunao na kokoro Dire oui avec le coeur pûr

Okage sama de to yu kenkyo no kokoro Lorsque l’on vous complimente , répondre c’est grâce à vous avec le humilité .

Watashi ga shimasu to yu hoshi na kokoro. Dire oui je le fais avec le coeur volontaire

Okinawa Shuri Avril 2010

Okinawa Shuri Avril 2010

J6rNZE

Calligraphie par Maître Higa Minoru 10 dan ( Tanren )

12179905_972124106162123_1818777946_n-1 12180650_974334892607711_362007190_o 12185617_974334902607710_1379587098_o 12185677_974334912607709_54372798_o 12177494_974334879274379_1256253829_oarticle sports ici Fev 2016